Comment savoir si je peux surélever ma maison ?

Votre maison devient trop étroite pour loger toute la famille, pas de panique, vous n’êtes pas obligé de déménager ! de l’extension à la surélévation les solutions sont nombreuses et flexibles, mais solides comme du roc ! Ce qui nous intéresse aujourd’hui sur la surélévation concerne la faisabilité, dans quelles circonstances une surélévation est-elle délicate et quels facteurs sont déterminants pour sa réussite.

Surélévation de toiture

Pour rappel, la surélévation de maison consiste à déposer la toiture, surélever les murs de structure et reposer la toiture dessus afin de créer un étage supplémentaire. Rappelons que l’intérêt d’une surélévation n’est pas moindre, puisque vous augmentez votre surface habitable sans augmenter l’emprise au sol et sans vous priver d’un bout de jardin.

La faisabilité de l’agrandissement dépend de la configuration de votre toiture, de la charpente et bien sûr de la règlementation en vigueur dans votre secteur.

Etude de faisabilité

L’étude de faisabilité est réalisée seulement lorsque vous avez l’autorisation de construire et que le devis est conforme à votre budget. Si la pente du toit de votre maison est inférieure à 30° rien ne fera obstacle à votre projet de surélévation, en revanche, si la pente est supérieure à 30°, vous devrez envisager une autre solution.

L’architecte et l’entreprise de construction sont habilités à réaliser une étude de faisabilité. L’objectif de cet audit vise à s’assurer que la construction est conforme et assez résistante pour supporter la surcharge.

Une première étude porte sur les fondations et la qualité des matériaux, la seconde étudie la qualité et la résistance des matériaux utilisés dans les murs porteurs. Le PLU vous aidera à connaître la hauteur maximale des constructions, soit par quartier, soit par commune entière.

Beaucoup de propriétaires font le choix d’une surélévation en ossature bois, plus légère comparée aux briques ou au béton. Surélever son toit, c’est aussi l’occasion d’isoler parfaitement sa toiture pour ne finir avec les ponts thermiques !

Les démarches à effectuer avant travaux

Réaliser une surélévation de maison est un projet ambitieux qui ne manque pas de complexité et de savoir-faire. Outre le fait de trouver l’entreprise spécialisée dans ce type d’agrandissement, les démarches administratives sont nécessaires pour une construction en conformité avec le PLU. Deux études de faisabilité pilotées par l’entreprise ou un architecte sont obligatoires pour s’assurer que la maison supportera la surcharge.

Permis de construire ou déclaration de travaux ?

Comme pour tout projet d’extension, une surélévation exige l’obtention d’un permis de construire. Une obligation qui peut se coupler à l’intervention tout aussi obligatoire d’un architecte si après surélévation, la SHON (Surface Habitable hors Œuvre Nette) dépasse les 170 mètres carrés. Si c’est le cas, faites appel à plusieurs de ces professionnels pour leur demander des devis personnalisés.

Les règles n’ont pas changé, si vous faites construire une surélévation de 20 m² ou en-dessous de 20 m², une simple déclaration de travaux sera nécessaire. En revanche si votre agrandissement dépasse 20 m², vous serez contraint de déposer une demande de permis de construire auprès de votre mairie.

Ces documents sont indispensables pour commencer les travaux, il s’agit dans la plupart des cas, d’un plan détaillé ou d’un plan de masse de la maison. Le PLU vous en dira plus sur les règles adoptées dans le quartier où la ville que vous occupez.

Sachez que si votre maison actuelle atteint la limite de hauteur maximale autorisée votre projet de surélévation risque d’être compromis. Cependant, il existe d’autres solutions d’agrandissement comme la réhausse de toiture, une technique un peu différente de la surélévation.

L'importance de l'audit

Les travaux de surélévation ne peuvent commencer qu’à partir du moment où vous avez fait réaliser les deux études de faisabilité ! N’oubliez pas qu’un agrandissement vertical entraîne une surcharge de votre édifice ! Ces études mesurent la qualité et la résistance des matériaux présents pour les fondations et les murs porteurs.

A l’issue de l’audit, le bureau d’études vous remet un rapport de l’état de la structure de votre bien. Si les fondations et les murs porteurs sont jugés insatisfaisants, vous devrez changer votre fusil d’épaule ou renforcer la structure défaillante. Notez qu’un tel chantier de consolidation représente un surcoût important.

Surélever sa maison : Quel budget prévoir ?

Vous avez dans l’idée d’agrandir votre pavillon par le biais d’une surélévation ? Vous n’aurez aucun mal à trouver un chiffrage pour ces travaux de gros œuvre en passant par un devis de construction. En milieu urbain les mètres carrés sont chers et se font rares, surélever sa maison représente une alternative de choix qui augmente votre surface habitable sans empiéter sur l’emprise au sol. Toutefois, ce projet à un coût qu’il faut nécessairement prévoir pour qu’il voit le jour !

Qu’est-ce qui détermine le budget d’une surélévation ?

La surélévation est un choix prisé depuis la crise immobilière, la rareté des terrains pousse les propriétaires à réinvestir leur propre bien sous un autre angle. Le gain de mètres carrés que vous souhaitez dépend essentiellement de votre budget, en moyenne, le rehaussement de toiture ou la surélévation coûtent 1 500 € le m² pour une structure brute et jusqu’à 2 500 € le m² pour un aménagement complets clés en main !

L’ossature bois pour surélever votre maison

Ce n’est pas un hasard si une grande majorité de familles choisissent l’ossature bois pour leur projet de surélévation. Plus rapide à mettre en œuvre, la structure bois est aussi plus légère, mais elle est surtout moins coûteuse ! Comptez entre 800 et 1 000 € le m² HT.

Le coût de l’étude de faisabilité pèse lourd dans le budget, puisqu’il faut débourser, pas moins de 3 000 € et jusqu’à 5 000 € dans certains cas particuliers. Les honoraires d’un architecte sont également à budgéter, si la surface de votre maison avec la surélévation dépasse 170 m², (10 à 15 %) du montant total des travaux. Les matériaux de gros œuvre, les finitions, la main-d’œuvre sont autant de postes qui gonflent la facture. Une surélévation entre 20 et 40 m² varie entre 50 000 et 75 000 €. Prenez votre temps et préparez bien votre projet avec suffisamment de devis d’entreprises de construction pour pouvoir comparer à la loupe !

Les types de surélévation

La surélévation de maison permet de créer un étage supplémentaire qui reposera sur le bâtiment existant. Lorsque le jardin est trop petit ou qu’il n’est pas possible d’aménager les combles, surélever sa maison est une alternative ambitieuse, mais aussi, astucieuse. L’agrandissement vertical représente un attrait économique indéniable pour réaliser une plus-value immobilière ! Il existe deux types de surélévation ; partielle ou totale.

Surélévation partielle

On parle de surélévation partielle pour la création d’une pièce supplémentaire au-dessus d’une autre pièce, déjà existante. Idéal pour une chambre, un bureau, un atelier, une salle de bain. Sans créer un étage complet, vous pouvez envisager de surélever la toiture de quelques mètres afin d’aménager des combles jusqu’ici perdus !

Surélévation totale

La surélévation totale de maison vous permet de quasiment doubler la surface au sol, sans empiéter sur La surface de terrain. La création d’un nouvel étage complet oblige souvent à revoir l’étage existant ou le rez-de-chaussée, les modifications et la conception d’un escalier changent la configuration de l’espace déjà conçu.

Surélévation ossature bois

Parmi les types de surélévation, l’ossature bois fait partie des plus répandues par rapport à la surélévation en béton. Pas étonnant, l’ossature bois dispose d’arguments très convaincants ! Sa structure légère (5 fois plus légère que le béton), réduit les contraintes de charges et facilite la mise en œuvre. Vous profitez d’un chantier propre et silencieux grâce aux panneaux prêt-à-poser. Ça ne s’arrête pas là, puisque la structure bois vous fait gagner des mètres carrés grâce à une épaisseur nettement inférieure à un mur en parpaings. Tout ceci sans perdre de sa résistance thermique !

Le béton cellulaire pour surélever

Le béton cellulaire semble une excellente alternative à l’ossature bois, sa composition associée à de la laine minérale donne des résultats de légèreté et de performance thermique incroyable. 1 bloc de béton cellulaire pèse 400 kg/m3 ; 1 bloc de béton de granulats courants pèse environ 1 400 kg/m3 ! Ses qualités isolantes sont concentrées à l’intérieur du bloc sous forme de milliers de bulles d’air emprisonnées. La surcharge est l’élément inhérent à la surélévation, plus vous allégez l’ensemble et plus vous optimisez la surface habitable sans consolidation des murs ou des fondations.

L’aménagement de combles perdus, pour créer des pièces de vie secondaires

Pas facile d’aménager des combles perdus pour en profiter, mais pas non plus impossible ! Les charpentes fermettes ont la particularité d’être dessinées en W pour assurer une bonne triangulation mais, elles laissent peu d’espace pour l’aménagement ! Votre vœu est d’augmenter la surface de votre maison en créant des pièces supplémentaires dans vos combles perdus ? Voyons comment c’est possible !

Combles perdus à fermettes industrielles

Apparues aux alentours de 1970 en France, les fermettes industrielles viennent des Etats-Unis et représentent une charpente bon marché avec des bois de faibles sections. Son prix réduit, son rôle de support aux matériaux isolants et l’absence de murs porteurs en dessous séduisent les familles lors de leur premier achat immobilier. La charpente en W telle qu’elle est conçue, occupe tout l’espace difficile de rendre habitables les combles, à moins de transformer la charpente. En revanche lorsqu’il vous manque de la hauteur, vous pouvez réaliser un rehaussement de la toiture pour arriver à 1.80 ou plus.

Combles de charpente traditionnelle

La charpente traditionnelle présente l’avantage d’offrir un espace spacieux et exploitable sans attendre. Un type de charpente plus onéreux que la fermette, mais l’espace disponible qu’elle dégage en hauteur laisse la place à toutes vos idées et vos envies !

Si votre pente de toit dépasse 30 % et plus, vous pouvez aisément aménager une chambre d’environ 15 m² avec le minimum requis en hauteur de plafond, soit 1.80 m. Sachez que les combles aménagés qui ne dépassent pas 1.80 m en hauteur de plafond ne nécessitent pas de demande d’autorisation ou de déclaration préalable de travaux !


Laisser un avis sur : “ Comment savoir si je peux surélever ma maison ? ”

Top